Six chansons – Fracas les sangs!

Sorti le 23 novembre 2018

Assez peu d’informations sont disponibles à propos du groupe Fracas les sangs!, mis à part que le projet se décrit ainsi : «quatuor rock expérimental montréalais. Alliage musique et poésie». Un mini-album, Six morceaux, sert de carte de visite et de premier test pour le groupe.

On peut lire que ce EP présente une «musique inspirée de l’œuvre Sechs Stücke für orchester d’Anton Webern», littéralement Six pièces pour orchestre. Mais on n’a pas le temps de trop se demander à quel point cette œuvre inspire les chansons de l’opus puisqu’une musique étrange et une poésie déjantée prennent vite la place dans Chaises adirondack. L’ambiance créée est mystérieuse mais surtout très lourde, notamment au niveau des différents effets.

Mieux dosée et très intéressante à l’oreille, Autant de dust devils microscopiques a surtout le potentiel de moins faire fuir les (nombreux) non-initiés! Même Sapins beaumiers, plus nerveuse rythmiquement, et Néon offrent aussi un bon équilibre entre l’expérimentation et la cohérence. Tout est dans le dosage!

Or, les deux suivantes et dernières pistes du EP embrassent davantage le côté expérimental, particulièrement la finale Pomme-grenade éventrée, au tempo très inégal et à la tonalité ambiguë. On comprend bien que Fracas les sangs! avait l’intention de confronter nos oreilles sur plusieurs plans à travers l’écoute de ce bref opus, et c’est mission accomplie.

Évaluer un album de rock expérimental est extrêmement complexe parce qu’il ne répond pas aux mêmes codes qu’un enregistrement normal et parce qu’il faut s’intéresser beaucoup plus aux intentions de l’artiste pour décider s’il était justifié d’aller aussi loin dans telle ou telle direction. Or, on en sait encore trop peu sur le groupe pour dire si Six morceaux était une bonne entrée en matière. Disons quand même que le côté musical fait souvent ombrage aux textes, puisqu’il limite souvent notre capacité de nous concentrer sur les textes. Disons aussi que ce n’est pas un opus à écouter dans beaucoup de circonstances, et surtout pas si vous avez envie de simplement relaxer un moment.

Cette musique peut être entendue sur Bandcamp.

À écouter : Autant de dust devils microscopiques, Néon

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s