Eviction Sessions – Jean-Michel Blais

jean michel blais eviction sessionsSorti le 30 novembre 2018

Le pianiste Jean-Michel Blais a vécu plusieurs années dans un même appartement à Montréal, y enregistrant même son premier album, Il. Lorsque son propriétaire lui a demandé de quitter les lieux, Blais a enregistré Eviction Sessions, un EP d’une vingtaine de minutes recréant, pour une dernière fois, l’énergie d’un petit concert intime comme il en a donné pour ses amis au fil des ans. Le résultat est un enregistrement désarmant d’intimité.

Blind (acoustique) est la première qu’on entend. Reprise de son deuxième album Dans ma main, paru plus tôt en 2018, ce titre délaisse le côté électronique pour se concentrer uniquement sur le piano. La pièce ainsi dénudée est d’autant plus forte. La qualité de l’enregistrement n’y est pas toujours parfaite, mais dans le contexte, on a un peu plus tendance à laisser passer! La suivante, Igloo (acoustique), vient aussi du même album, mais n’a pas tout à fait la même charge émotive.

Blais nous frappe ensuite avec Sans titre (andante), un moment doux où on se laisse volontiers bercer par le jeu du pianiste. Celui-ci tente ensuite une improvisation minimaliste avec Hutchison (improvisation), mais la piste nous reste essentiellement en tête comme étant celle qui recrée le plus efficacement l’ambiance d’un concert intime chez Jean-Michel Blais avec les gens qui jasent en arrière-plan. Cela nous mène à la finale, Chanson (instrumental), perdant sa jolie ligne vocale qui avait charmé plusieurs oreilles dans sa version originale. Heureusement, le piano seul rend quand même bien justice à cette compo envoûtante.

Les amateurs de la musique de Jean-Michel Blais, de plus en plus nombreux, peuvent se réjouir du fait qu’il soit aussi généreux en lançant de nouvelles versions de ses compositions seulement quelques mois après la sortie de son album et que ce soit fait dans un cadre aussi intime que les Eviction Sessions. L’opus a le charme de ses défauts, et a l’avantage de remettre le piano de l’avant sur des pièces où les éléments électroniques avaient parfois pris le dessus. Un retour aux sources qui se prend toujours fort bien.

À écouter : Blind (acoustique), Sans titre (andante)

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s