Petite plage – Ingrid St-Pierre

ingrid st pierre petite plageSorti le 25 janvier 2019

La précédente sortie d’Ingrid St-Pierre, Tokyo en 2015, n’avait pas particulièrement ému nos oreilles. Elle revient en 2019 avec son quatrième disque, Petite plage, où elle tente de nouveau de nous envelopper avec une pop feutrée et lumineuse. Nos impressions sur ce bref opus de 31 minutes.

Vu le titre de l’album, il semble naturel que la première piste s’intitule À la mer. Le côté feutré y est tout de suite bien assumé, mais c’est plus subtil pour ce qui est de la lumière, alors que la chanson ne parvient pas vraiment à nous réchauffer le cœur, sauf peut-être un peu au refrain. C’est pas mal plus assumé et réussi dans le cas de Les joailliers, juste après. La mélodie, quoique simple, nous accroche tout de suite l’oreille. Quant aux arrangements, ils sont assez discrets pour laisser la vedette à la chanteuse, mais assez présents pour ajouter à l’intensité.

Après une chanson aussi efficace, il nous semblait une mauvaise idée de livrer un morceau aussi peu mémorable que Les éléphants Massaï. Beaucoup de piano et un côté très vaporeux, ça crée une ambiance, mais à nos oreilles, ça rate sérieusement la cible d’un album pop. On passe vite à la suivante, Les amoureux scaphandres, plus émotive et berçante à la fois, même si on n’a pas droit à quelque chose d’accrocheur comme Les joailliers.

Ingrid St-Pierre explore différentes avenues par la suite. Les épousailles se lance dans une chanson qui troque le piano pour le ukulélé avec le ton qui vient avec. Une chanson avec une conclusion comique, mais qu’on n’associerait pas naturellement à l’artiste. L’autre grande surprise est certainement Sac banane, en collaboration avec Heartstreets, morceau urbain à des lieues du style qu’on associe à la chanteuse. On n’a rien contre la variété, mais cette chanson n’aurait pas dû se retrouver sur un album d’Ingrid St-Pierre. Voilà qui est dit.

La dernière portion de l’album nous propose toutefois certaines des meilleures chansons du disque. Pensons à la très jolie La vie devant, à l’émouvante La lumineuse (lettre à mon fils) ou encore à la finale, L’enneigée, dotée d’arrangements plutôt réussis. Selon nous, ces chansons, avec Les joailliers au début, sont les incontournables à écouter pour vous faire une tête de l’album. Le reste est presque du remplissage dans les circonstances.

Environ la moitié de l’album est très bonne, l’autre moitié, essentiellement oubliable. C’est quand même dommage quand on parle d’un album aussi bref que celui-ci! Un EP punché aurait certainement eu un meilleur effet qu’un album comme celui-ci, surtout dans un registre comme la pop qu’elle propose. On se demande aussi si Ingrid St-Pierre devrait réviser son étiquette de chanteuse proposant une musique feutrée et lumineuse, la lumière étant beaucoup plus discrète sur cet enregistrement. Disons que nous ne sommes pas ressortis de cette écoute avec un surplus de pep!

Vous pouvez écouter l’opus sur Bandcamp.

À écouter : Les joailliers, La lumineuse (lettre à mon fils), L’enneigée

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s