Session acoustique I – Tire le Coyote

tire le coyote session acoustique iSorti le 26 avril 2019

Les albums de relectures ont la cote ces jours-ci auprès des artistes québécois, et Tire le Coyote ne s’échappe pas de cette mode : après quatre albums, Benoit Pinette de son vrai nom rejoue ses compositions en mode épuré dans Session acoustique I.

D’entrée de jeu, même si on apprécie beaucoup la musique de l’artiste, on ne peut s’empêcher de hausser un sourcil : Tire le Coyote verse déjà dans une musique folk relativement acoustique. On se demandait donc comment il pourrait insuffler un nouveau souffle à ces chansons, simplement accompagné de son fidèle guitariste Shampouing (Benoit Villeneuve).

Pour faire une histoire très courte, les chansons ont subi une cure minceur pour l’occasion. Elles ont été pour la plupart écourtées et les arrangements sont plus limités. Même l’harmonica qu’on pouvait entendre dans quelques chansons disparaît ici. Tire le Coyote souhaitait revenir à l’essence de ses chansons, et c’est exactement ce à quoi on a droit ici, mais certaines chansons que nous avons écoutées en boucle par le passé nous semblent un peu trop dénudées à notre goût! Parmi les exceptions, notons quand même Calfeutrer les failles, qui délaisse ses prétentions rock sans perdre de son mordant.

Là où Tire le Coyote réussit mieux, c’est en reprenant ses vieilles chansons : il a depuis beaucoup mieux maîtrisé cette voix qui le distingue, ce qui s’entend un peu sur ses relectures tirées de l’album Mitan (qui sont d’ailleurs nombreuses ici!) et particulièrement sur Têtard, tout droit sortie de son tout premier opus. Mais les plus récentes, comme celles tirées de Panorama et surtout Désherbage, ne nous convainquent pas autant.

Et un autre élément à mentionner : même les habitués de Tire le Coyote ne reconnaîtront pas Matière première. La raison est simplement que c’est la seule chanson inédite de l’opus! Composée dans un esprit minimaliste, elle se fond bien dans l’ensemble… peut-être même un peu trop, si bien que certains ne la remarqueront peut-être même pas!

Entendons-nous : Session acoustique I s’écoute très bien, mais règle générale, un artiste qui réenregistre ses chansons le fait pour les améliorer et les amener ailleurs. Or, il ne suffit pas de dénuder davantage des chansons déjà folk pour nous convaincre d’écouter autre chose que les versions originales qu’on apprécie déjà! Vu le titre de l’opus, on devine que Tire le Coyote n’a pas envie de s’arrêter là. On ne peut que l’encourager à bien décider dans quelle direction il veut amener ses vieilles chansons s’il veut qu’elles se démarquent un peu plus!

À écouter : Calfeutrer les failles, Jésus, Têtard

7,0/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s