Monami – Foreign Diplomats

foreign diplomats monamiSort le 7 juin 2019

Avec l’abondance d’artistes talentueux qu’on a ici au Québec, bonne chance pour découvrir tout le monde qui vaut la peine. C’est pourquoi il y a encore quelques jours je ne connaissais le groupe indie pop Foreign Diplomats que de nom. Jusqu’à ce que je reçoive un exemplaire (fait à la main, rien de moins!) du deuxième album Monami, qui m’a convaincu d’y prêter une oreille. Coup de cœur instantané.

Dur de dire si c’est parce que l’été tarde à se faire sentir ou si c’est parce que je n’ai pas écouté assez d’albums motivants dernièrement, mais l’énergie contagieuse du quintette montréalais m’a happé dès les premiers instants. Les influences sont, on le devine, aussi nombreuses qu’éclatées, mais rien ne semble copié-collé : on a simplement droit à un opus énergique et entraînant qui, je vous le confirme, s’écoute sacrément bien en auto.

Ça frappe fort dès le début avec Road Wage, morceau énergique et contagieux, mais le groupe se défend tout aussi bien sur la rêveuse Charger, la punchée You Decide (The Return Of) ou encore la chargée Fearful Flower, morceau progressif réussi en conclusion d’album. Même en mode «douceur», particulièrement dans l’excellente Amafula, mais aussi dans Demon (Slamador) et Frilu,  Foreign Diplomats atteint plutôt bien sa cible, montrant une belle aisance dans les deux registres d’intensité, ce qui n’est vraiment pas donné à tous. Chapeau pour ça.

S’il fallait trouver des défauts à l’album Monami, notons des petits passages où Foreign Diplomats ose un peu plus, comme dans la dernière minute de City Luv, qui n’apporte pas grand-chose à l’ensemble. Ou peut-être l’impression qu’on nous donne que How Cool Is That? va finir par exploser, ce qui n’arrive finalement jamais. Sinon, on peut dire que même si l’opus est solide dans son ensemble, les coups de cœur se trouvent surtout en début d’album, ce qui aide à créer une impression de déséquilibre. Bref, c’est à peu près tout ce qu’on peut reprocher à cet album autrement réglé au quart de tour!

Monami montre que Foreign Diplomats a atteint une belle maturité et qu’il sait prendre son temps pour bien faire les choses – dans ce cas-ci, plus de trois ans après le dernier album. Sans être un album parfait, à aucun moment on ne sent qu’on a affaire à un groupe amateur qui ne sait pas où il s’en va. On fait le pari que cette musique indie pop assumée devrait résonner dans pas mal d’oreilles au courant de l’été.

À écouter : Charger, Amafula, You Decide (The Return Of)

8,4/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s