Dovetale – Krief

krief dovetaleSorti le 7 juin 2019

Patrick Krief (ex-The Dears) a pris son temps après avoir lancé Automanic, son quatrième album qui avait complètement charmé nos oreilles en 2016. À l’époque, il s’était lancé dans un album double chargé d’émotions négatives et autodestructrices. Près de 3 ans plus tard, il revient avec Dovetale, un opus beaucoup plus positif, inspiré par son propre voyage de noce.

On l’avoue, on aimait beaucoup le Krief tourmenté des dernières années, qui faisait preuve d’une magnifique intensité. Or, celui qu’on entend dans Daydream Lover, première piste de ce cinquième album solo, a un côté beaucoup plus lumineux sans être trop dénaturé. The Autumn y va ensuite d’un registre plus berçant et mélancolique, même si on se sent vaguement dans un carrousel en écoutant la chanson. Mentionnons aussi que Krief est aussi à l’aise avec sa voix de falsetto, planante par moments (pensons à Bless Modern Love notamment), qu’avec sa voix grave rappelant Leonard Cohen, ce qui aide à ajouter sa couleur aux différentes chansons de l’album, parfois avec un grand succès.

Notamment, on apprécie beaucoup la mélodie accrocheuse de Idols, l’inspiration asiatique très réussie de Osaka, l’instrumentation (et en particulier la basse) contagieuse de Tonight, le sympathique côté rétro de la chanson-titre Dovetale et l’ensemble de l’œuvre pour l’excellente Take the Night, morceau incontournable de l’album. Au contraire, quelques chansons parviennent plus difficilement à nous accrocher parce qu’il manque certains ingrédients essentiels. Il est tout à fait normal de ne pas faire mouche 100% du temps, mais après avoir livré un album double aussi excellent par le passé, on se demande si Krief n’a pas parfois manqué d’inspiration pour certaines pistes – qui demeurent toutes agréables à écouter, doit-on préciser.

L’album Dovetale est décrit comme la fin d’une ère pour Krief, qui semble avoir l’intention d’explorer de nouvelles sonorités dans le futur. Vu le talent de l’homme, on ne s’inquiète pas trop pour lui, mais on ne peut s’empêcher d’espérer qu’il ne perdra jamais complètement cette attitude qui l’avait particulièrement bien servi dans Automanic. On croise les doigts.

Il est notamment possible d’entendre cet album sur Bandcamp.

À écouter : Idols, Take the Night, Tonight

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s