Migrations – Jacques Kuba Séguin

jacques kuba seguin migrationsSorti le 14 juin 2019

Le trompettiste québécois Jacques Kuba Séguin est un habitué des concepts, lui qui avait proposé le Litania Projekt où il mettait de l’avant ses origines polonaises il y a quelques années. Cette fois, avec Migrations, il s’inspire des rencontres qu’il a faites avec d’autres gens qui ont immigré ici. Le résultat de ce nouvel opus – dans lequel il joue avec des incontournables comme Yannick Rieu (saxophone), Jean-Michel Pilc (piano), Kevin Warren (batterie), Olivier Salazar (vibraphone) et Adrian Vedady (contrebasse) – est un jazz moderne, souvent feutré et décidément éclectique d’une piste à l’autre.

Comme le veut la tradition jazz, les pièces de Migrations sont relativement longues, allant de 5 à presque 10 minutes. La première, Hymne, y va d’un air solennel en introduction avant d’inviter petit à petit les instruments à s’amuser avec des solos de plus en plus explosifs qui s’éloigne de l’énergie initiale. La douceur ne revient finalement qu’à la toute fin du morceau. On préfère l’efficacité d’Origine, qui offre un jazz rythmé sans sacrifier le côté mélodique. Chapeau à l’efficacité de la batterie et du vibes ici, qui volent la vedette à quelques reprises!

Le côté feutré et mystérieux se fait ensuite entendre dans L’écrivain, même si cela dérape rapidement en cascade de notes pendant les solos. Malgré les excellents passages, le morceau finit par nous laisser tiède. Plus constante dans sa douceur, Première neige (You’re Not Alone) nous berce davantage l’oreille. Les pièces suivantes servent surtout à montrer la virtuosité des musiciens, particulièrement I Remember Marie in April. Notons quand même le bel équilibre que renferme Mosaïques, en toute fin d’album. Un morceau tantôt contenu, tantôt très rythmé, sans que cela ressemble à du mauvais patchwork. Une belle réussite!

À la fin de notre écoute, on a bien voyagé dans l’univers jazz de Kuba Séguin, mais le thème Migrations aurait certainement être plus mis en évidence, par exemple en incorporant un peu plus de musiques du monde. Mais dans tous les cas, il a su bien s’entourer et si l’album n’est pas aussi mémorable qu’on le souhaiterait, il s’écoute particulièrement bien malgré tout.

Cet album est notamment disponible sur Bandcamp.

À écouter : Origine, Première neige (You’re Not Alone), Mosaïques

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s