Rise of the Steaks – Sons of Butcher

sons of butcher rise of the steaksSorti le 26 mars 2010

Même plusieurs années après la fin de la deuxième saison de la série homonyme Sons of Butcher (Star ou Boucher au Québec) sur les ondes de Télétoon, le groupe fictif basé Hamilton, Ontario, est demeuré bien actif. Il a lancé en 2010 un album en deux parties, Rise of the Steaks et Fall of the Steaks. On s’est intéressé ici à la première moitié.

Il s’agit d’un premier album pour le groupe qui n’est pas lié à ce qu’on entend à travers la série humoristique; on n’a donc pas nécessairement un lien avec le contexte dans lequel on entend telle ou telle chanson, mais on reconnaît instantanément le style de SOB.

Après une brève mais solide introduction instrumentale, Rise of the Steaks, on a droit à The Cougar où on reconnaît la voix et le style de Ricky Butcher (Trevor Ziebarth), le génie créatif derrière la plupart des chansons du trio. Un rock assumé et des paroles douteuses sont généralement la recette du groupe, et c’est toujours aussi gagnant ici. On se prend même à rêver d’entendre une version de la chanson dans un épisode perdu de la série. Commentaire similaire pour la sympathique Underage Party, et beaucoup d’autres chansons aux thématiques qui sont chères au chanteur principal.

Bonne nouvelle, les trois musiciens-chanteurs ont tous leur propre spotlight dans l’album : Doug Borski (Jay Ziebarth) a les devant dans U.S.F.A et la très réussie How It’s Long, alors que Sol Butcher (Dave Dunham) se gâte dans Weed in that Brownie (dans une portion en spoken word bizarre, mais mémorable), une portion éducative (?) de Eat It Out et une moins ragoutante de Puke All Night, et particulièrement dans la puissante finale de l’opus, Burnin Skoolhaus.

On a aussi droit à une belle surprise dans la ballade Balls of Blue, avec une voix féminine (Sofia Silva) qui ajoute une touche de douceur à un album autrement chargé de testostérone. Mention également à plusieurs excellents solos entendus au fil de l’album qui nous font parfois oublier qu’on a affaire à un groupe humoristique. Même si l’album est relativement court (moins de 30 minutes), il ne manque vraiment de rien ici!

Rise of the Steaks, même s’il n’est que la première moitié d’un album double, se défend très bien par lui-même et montre que le SOB est resté fidèle à lui-même au fil des années. Beaucoup de moments «théâtraux» dans cet album (généralement associés à Sol Butcher) nous permettent d’imaginer un lien avec la série et plusieurs vers d’oreille méritent de rester dans nos écouteurs longtemps. C’est pourquoi plus de 10 ans plus tard, l’album est toujours pertinent et majoritairement à écouter!

L’album est disponible sur Bandcamp.

À écouter : Balls of Blue, How It’s Long, Burnin Skoolhaus

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s