Petals for Armor – Hayley Williams

hayley williams petals for armorSorti le 8 mai 2020

On ne se le cache pas : le son récent de Paramore (particulièrement celui de After Laughter) est tellement loin de ce qu’il avait déjà été qu’on s’est sérieusement demandé s’il n’était pas temps que sa chanteuse Hayley Williams n’assure sa nouvelle direction ailleurs que dans le groupe. Quand on a appris qu’elle avait lancé son premier album solo, intitulé Petals for Armor, on n’a pas eu le choix de voir vers où elle se dirige alors qu’elle est complètement en contrôle.

… Et on est forcé d’admettre qu’elle s’éloigne encore davantage de l’identité Paramore en solo, favorisant une pop alternative très changeante d’une piste à l’autre. Petals for Armor a aussi été lancé en trois parties (deux EP ont précédé la sortie de l’album complet, expliquant cette parution en trois disques). On tentera plus bas de diviser notre critique en trois parties, mais, avant tous, les constats généraux :

On reconnaît bien la voix de Williams, mais beaucoup moins son approche mélodique qui avait fait sa renommée. On remarque aussi des efforts de paroles plus matures dans certaines chansons, mais ça passera majoritairement inaperçu à notre avis. Et, finalement, précisons que notre opinion de l’album est extrêmement changeant d’un moment à l’autre. On est passé d’une déception qu’Hayley Williams renie presque complètement l’héritage Paramore à du plaisir à écouter certaines pièces qui ont encore une énergie y ressemblant à finalement trouver que ces dernières n’ont pas vraiment leur place dans cet album. Tout ça en quelques jours.

Bon, attaquons-nous à ces disques!

Disque 1

Simmer est le tout premier contact avec l’album solo de Hayley Williams, en plus d’être son premier single. La chanteuse établit assez rapidement qu’elle préfère prendre une direction plus indie pop et mise sur un build-up qui finit par rester en tête. Si les premières écoutes nous laissaient tiède, la piste est vite devenue un des incontournables de l’opus. Moins marquante, mais presque aussi efficace, on apprécie aussi la feutrée Leave It Alone.

On change toutefois de ton dans les chansons suivantes. Cinnamon tente son propre build-up à la Simmer, mais manque cruellement de nuances malgré ses bons moments. Et on oublie complètement Creepin’, à la «mélodie» tout sauf intéressante. Le disque se conclut sur Sudden Desire, le moment où la chanteuse pousse le plus la note de tout l’album, au refrain. Si, au tout début, on appréciait la voix criarde nous ramenant aux années adolescentes de Williams, on a fini par sentir que cette poussée d’intensité était loin d’être représentative de l’énergie de l’album, en plus de ne pas trouver la mélodie particulièrement réussie.

Disque 2

La seconde portion de l’album démarre avec Dead Horse qui, malgré le titre, offre des rythmes pas mal plus ensoleillés qui se prennent très bien, même si on se pose des questions sur certaines paroles. Cela tranche la plus discrète My Friend, qui a comme toutefois comme point faible son refrain. Les trois autres chansons de ce disque, Over Yet, Roses/Lotus/Violet/Iris et Why We Ever, quant à elles, y vont d’une pop plus conventionnelle et assumée : la première mise sur une pop chargée de synthés, et la seconde s’apparente à une ballade pop, mais avec en prime quelques cordes bien amenées. La dernière s’apparente aussi à la ballade, mais mise davantage sur le piano dans la seconde moitié de la piste. Si on sentait que le premier disque allait dans tous les sens, celui-ci nous semble plus cohérent dans son ensemble, ce qui nous aide à mieux l’apprivoiser.

Disque 3

Le troisième et dernier disque, en général le plus groovy, commence avec Pure Love, qui semble entrer dans la lignée du disque précédent, offrant une chanson entraînante qui s’écoute drôlement bien. Taken est aussi de la même veine. On préfère oublier Sugar on the Rim, offrant une pop futuriste qui ne colle pas particulièrement bien a l’ensemble (en plus d’avoir un refrain parfaitement oubliable) et Watch Me While I Bloom qui, malgré son beat très entraînant, finit assez vite par nous taper sur les nerfs. Par contre, on laisse le dernier mot à Crystal Clear, une des plus belles compositions de tout l’album, qui clôt l’opus avec juste assez de douceur et d’émotion. On aurait honnêtement pris un album complet de ce genre de musique.

Comment se sent-on après avoir écouté l’album Petals for Armor? Dur à dire. On sent que Hayley Williams voulait peut-être prouver quelque chose en lançant son premier album solo et qu’elle a essayé différentes directions, dont certaines plus efficaces que d’autres. Certaines de ses chansons sont extrêmement réussies, d’autres taperont vite sur les nerfs. On peut dire que l’album est comme un buffet où l’auditeur est invité à prendre ce qui lui plaît. Tout simplement.

À écouter : Disque 1 : Simmer, Leave It Alone // Disque 2 : Roses/Lotus/Violet/Iris, Why We Ever // Disque 3 : Pure Love, Crystal Clear

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s