Seasons of Change – Half Moon Run

half moon run seasons of changeSorti le 17 juillet 2020

Moins d’un an après la sortie de son troisième album A Blemish in the Great Light (qui a par ailleurs remporté un Juno en 2020, félicitations!), Half Moon Run présente Seasons of Change, un EP de six chansons qui ont justement été enregistrées en même temps que le précédent album, mais qui n’ont finalement pas été retenues.

Rappelons d’entrée de jeu que l’on n’a pas particulièrement craqué pour A Blemish in the Great Light; même si l’opus s’écoutait très bien, il manquait de punch pour rendre la plupart des chansons incontournables à notre humble avis. On se demandait donc comment sonnerait un mini-album tiré de cette même session d’enregistrement… et, bonne nouvelle pour nous, le ton est finalement assez différent! Le côté plus acoustique d’Half Moon Run y est davantage assumé, ce qui donne une certaine cohésion au fil de cet EP de 17 minutes.

Monster ouvre le bal avec une énergie indie folk bien ficelée et des mélodies simples, mais qui vont droit au but. Ça nous fait même oublier les sons séquencés qui nous agacent presque toujours énormément dans les chansons, c’est tout dire!

You Won’t/Look Me in the Eyes (Skitstövel), pièce en deux parties (intro atmosphérique suivie de la vraie chanson dotée d’un build-up réussi) est un autre petit bijou. Le début folk minimaliste laissant place aux chœurs devient rapidement plus chargé musicalement sans perdre de son efficacité. Si on veut entrer dans les détails, disons qu’on aurait seulement coupé les dernières secondes de claviers de la fin, mais c’est somme toute mineur.

Toujours dans un registre folk (avec même de l’harmonica au menu!), Grow Into Love est un peu plus convenu, mais a parfaitement sa place dans cet EP et sera peut-être le plaisir coupable de plusieurs auditeurs. Commentaire similaire pour la plus planante (et même apaisante) All at Once, qui offre peu de surprises, mais qui s’écoute terriblement bien. Le bref opus se termine enfin avec la chanson-titre Seasons of Change, minimaliste dans les arrangements, mais très chargée dans la voix du chanteur Devon Portielje. Pas notre préférée du lot, mais lorsqu’on écoute le EP en boucle, ça nous permet ensuite de mieux repartir en force avec Monster, ce qui est loin d’être désagréable!

Seasons of Change pose la question des raisons qui ont poussé Half Moon Run à exclure ces pistes, dans plusieurs cas excellentes, de sa précédente offrande tellement on les trouve plus aboutie et mémorables que celles de l’album. Bon, le prix Juno nous donne tort de dire que le précédent album manquait de quelque chose pour être véritablement réussi, mais cette fois on n’hésite pas à dire que c’est un EP qui mérite de résonner dans nos oreilles durant l’été, et même plus tard.

Cet EP est notamment disponible sur Bandcamp.

À écouter : Monster, Look Me in the Eyes (Skitstövel)

7,9/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s