Last Rites – Pentagram

Pentagram-Last-RitesSorti le 12 avril 2011

S’il y a bien une chose que l’on peut dire de cet album : il est sorti dans la douleur. Annoncé depuis 2008, il a fallu attendre 2011 et beaucoup de changements par rapport au plan initial de l’album avant de pouvoir enfin entendre ce que plusieurs pensaient être le dernier album du groupe précurseur du doom metal. Note à l’auditeur : le groupe a annoncé le 15 juin dernier Curious Volume, un album studio qui devrait sortir fin août 2015.

Mon respect pour Pentagram, et surtout pour Bobby Liebling, le chanteur, est immense. Si vous n’avez jamais vu le documentaire Last Days Here, qui parle de la «résurrection» du chanteur et du groupe, je vous le conseille fortement. Pour ce qui est de l’album, on a droit à du bon vieux heavy metal old school à la Black Sabbath tout en possédant les caractéristiques propices au doom metal, comme les tempo lents et les riffs simple, mais hypnotiques. Par contre, point positif à noter, il ne tombe pas dans le commercial ni le simpliste.

On sent également des influences du vieux rock des années 70 à la Jethro Tull ou encore Uriah Heep. Ça n’empêche pas le groupe de posséder sa propre signature, principalement portée par la voix aisément reconnaissable de Bobby Liebling qui, malgré son lourd passé de toxicomane et son âge, nous livre une solide performance.

Les compositions, elles, témoignent d’une créativité assez étonnante. Mélangeant mystique et mordant avec une touche de catchy, il plonge à la fois dans les codes du doom metal, mais en restant fidèle à l’esprit des premier groupes heavy metal. À cela s’ajoute une texture très vieux rock qui rend le tout plus accessible au public. Treat Me Right est définitivement le moment le plus fort du groupe.

Son principal défaut est qu’il s’essouffle un peu arrivé à la seconde moitié, mais, malgré sa répétitivité, conserve son énergie et sa pertinence, ce qui empêche l’album de s’effondrer. D’ailleurs, je n’ai pas trop aimé la performance vocale de Victor Griffin sur American Dream, probablement la seule chanson réellement faible de l’album. Sinon, Last Rites est un coup de poing à la gueule à écouter au moins une fois.

À écouter : Treat Me Right, Into the Ground, Walk in the Blue Light

7,7/10

Par Sacha Dürig

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s