Christmas Caravan – The Lost Fingers

the-lost-fingers-christmas-caravanSorti le 11 novembre 2016

Même le groupe d’inspiration manouche The Lost Fingers n’y échappe pas : huit ans après son premier album, le trio devenu quatuor au fil des années se lance dans un album des fêtes, tout en anglais avec une douzaine de titres pour se mettre dans l’esprit.

Le jazz est toujours une avenue prisée pour les albums de Noël, ce qui tombe bien pour le band de Québec, qui en offre déjà un très énergique qui a fait ses preuves. Tout de même, The Lost Fingers a cherché à varier ses plaisirs et ne verse pas que dans le manouche ici.
En fait, la première chanson, la pièce-titre Christmas Caravan tombe plutôt dans un registre gypsy. Surtout, c’est une composition originale, taillée sur mesure pour le groupe qui semble faire un gros clin d’œil à ses succès passés tout en nous mettant avec succès dans l’ambiance. Ça augure bien pour la suite.

Et celle-ci ne déçoit pas : le classique parmi les classiques White Christmas ainsi que Mele kalikimata ont droit à une version chaleureuse (dans le sens de presque tropicale), alors que la version de Frosty the Snowman est sautillante à souhait.

Sinon, la première chanson à faire sortir du lot est probablement We Three Kings, pour cette belle énergie chorale à donner des frissons. La seconde, une version «Take Fivisée» très réussie de Greensleeves.

Par contre, c’est à partir de la très gospel Go Tell It on the Mountain que je me suis souvenu du défaut principal de tout album de Noël : on s’en lasse relativement rapidement, sauf lorsqu’on est pleinement dans ce mood. L’album offre pourtant de la diversité, mais sans nous sortir suffisamment de nos pantoufles pour qu’il devienne un incontournable qu’on écoutera encore dans 10 ans avec la même passion. En fait, dans la seconde moitié de l’opus, la chanson qu’on retiendra le plus est la toute dernière, The River de Joni Mitchell, plus proche d’une chanson déprimante qu’une toune de Noël.

Sinon, l’album est quand même bien réalisé, avec de la variété : quelqu’un qui ne porte pas attention pourrait ne même pas remarquer qu’on écoute un seul et même album. Presque aucune chanson ne tapera sur les nerfs (je dis presque, parce que j’ai toujours trouvé que Zat You Santa Claus manquait cruellement de subtilité… mais ce n’est qu’un avis personnel!), mais seulement quelques chansons mériteraient véritablement d’être ajoutées à votre mix des fêtes.

À écouter : White Christmas, We Three Kings, The River

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s