Country Vol. 1 – Jordan Officer

jordan officer country vol 1Sorti le 17 juillet 2020

Guitariste virtuose qu’on suit depuis quelques années déjà, Jordan Officer a lancé trois albums simultanément en juillet 2020, rendant hommage à trois styles musicaux qui ont forgé son jeu au fil de sa carrière. Après s’être penché sur Jazz Vol. 1 et Blues Vol. 1, touchant aux deux styles auxquels on associe le plus le musicien, on conclut notre série de critiques avec Country Vol. 1.

Cela fait longtemps que l’on entend dire que le premier amour de Jordan Officer a été la musique country et ses variantes, mais à part quelques clins d’œil dans ses albums précédents, on n’avait pas écouté un vrai enregistrement country avec lui. Si on avait quelques craintes avant d’écouter Country Vol. 1, on a vite réalisé que, peu importe le style, c’est du Jordan Officer qu’on entend pendant 35 minutes, tout simplement.

C’est la confirmation qu’on a dès les premiers instants de Nashville West, pièce instrumentale qui laisse libre court à son jeu de guitare. Toutefois, on redécouvre dès I Don’t Care la voix d’Officer, aussi appropriée pour le country que pour le blues (noter que l’album est à moitié instrumental et à moitié vocal). En fait, on sent que la barrière entre les genres est loin d’être étanche et on reconnaît le jazzman et le bluesman à bien des moments au fil de notre écoute, ce qui n’est pas pour déplaire, surtout pour des oreilles non vendues au genre!

Au niveau des arrangements, le full band est agrémenté de violon à quelques reprises (I Don’t Care, Blue Blue Day, Jole Blon, etc.), mais on se surprend de ne pas avoir entendu davantage de lap steel, associé de près au country. Mais mentionnons quelques passages qui nous ont fait sourire, dont Blue Blue Day, où on entend Jordan Officer chanter «I feel like runnin’ away from the blues», et Jole Blon, chantée en français, ou plutôt en cajun! On l’a répété dans chacun de ses albums récents, mais ça reste vrai : il a du plaisir et ça en est contagieux!

Comme cet album est le dernier du triptyque à être écouté, il est impossible de ne pas le comparer aux deux autres : on appréciait particulièrement le fait qu’on pouvait écouter ces albums en musique de fond sans trop stresser, mais il semble que Jordan Officer et ses musiciens ont un tantinet poussé la note dans Playboy Chimes, qui y va d’un crescendo explosif. L’effet est réussi, mais ce n’est pas notre énergie préférée, disons! C’est heureusement le seul moment trop intense pour nous du bref opus.

Country Vol. 1 est possiblement l’offrande la plus éclectique de ce trio de sorties. Malgré son titre, il va un peu dans toutes les directions et joue dans différentes platebandes de styles qui ont des racines country, ce qui n’est pas pour déplaire. Félicitations Jordan Officer, vous avez réussi à nous faire espérer un album de compos country, comme quoi en 2020 tout est rendu possible!

À écouter : Nashville West, I Don’t Care, Since You’re Gone

7,5/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s