The Silver Lake Chorus – The Silver Lake Chorus

PrintSorti le 16 juin 2015

L’histoire récente de la musique nous a appris à nous méfier des noms de groupe. Of Montreal vient des États-Unis, Boards of Canada vient d’Écosse, Barenaked Ladies est un groupe d’hommes (habillés, en plus), etc. Alors, en voyant le nom The Silver Lake Chorus, le doute persiste : à quoi aura-t-on droit?

Une écoute nous apprend rapidement qu’on a véritablement affaire à une chorale, qui offre des interprétations à la sauce indie. Environ 25 chanteurs qui offrent une performance vocale impeccable qui sort des traditionnels chants d’église. From the Snow-Tipped Hills débute pourtant avec ces sonorités très religieuses, histoire de donner un aperçu de la force vocale de l’ensemble, et mieux surprendre l’auditoire par la suite.

Première surprise : Hold Up For, composé par Tegan and Sara, qui rappelle très bien l’énergie upbeat du duo, avec une touche plus folk et, bien sûr, des harmonies vocales envoûtantes. La chanson est suivie par Break It Down, qui marquera tous les gamers nostalgiques de ce monde : la mélodie du couplet rappelle presque exactement celle du Main Theme de Final Fantasy IV. Au moins le refrain, aussi sympathique, va ailleurs.

Plus lente et contemplative, Heavy Star Movin’ vaut le détour. Elle est suivie de Same Song, qui débute avec la même douceur, avant d’ajouter des percussions, puis des éléments électroniques, qui ajoutent à l’énergie de la chanson. Le côté pop bonbon de Nervous Soul est aussi drôlement efficace avec une chorale. Une autre qui retourne dans le registre doux est Salted Wound.

Il semble que la première voix masculine sur Overboard rappelle un peu celle de Of Monsters and Men, en plus du style qui entre un peu dans le même registre. Mention notamment à la puissante montée pour le dernier refrain.

Outre ces quelques titres plus marquants, le reste s’écoute tout seul, sans nécessairement se démarquer particulièrement; enfin, toutes les chansons sont superbement interprétées, avec une solidité vocale impeccable, et des arrangements soignés. Mais quand tout est bon, rien n’arrive à se démarquer facilement. Même la chanson finale, Easy to Die, avec une mélodie pourtant berçante accompagnée d’un piano mélancolique. Elle clôture quand même l’opus à merveille.

Ce premier album du TSLC relève le défi de montrer le chant choral sous un autre jour. Et c’est même très réussi, si on se fie aux nombreux registres explorés par l’ensemble, le tout avec cohésion. Maintenant que la porte a été fermement ouverte par cet opus éponyme, on peut s’attendre à une suite, encore plus affirmée, ou poussant encore plus les explorations du chant dans l’univers indie-pop, car le groupe semble avoir encore trop s’appuyer sur les béquilles du chant classique, l’empêchant d’atteindre son plein potentiel.

L’album est disponible sur la page SoundCloud du groupe.

À écouter : Hold Up For, Overboard, Easy to Die

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s